top of page

Et s’il ne restait que La Voix de son maître...

La Voix avait validé l’idée de notre interpellation sur le Versement à la Source des aides sociales. La preuve, elle nous avait envoyé un journaliste. La Voix nous avait même fait miroiter les « honneurs » des pages régionales avec un tel sujet. Faut dire qu’on était soutenu par une adjointe au Maire de Lille et par un député. On a attendu, attendu, et puis nous nous sommes rendus à l’évidence La Voix s’était tue... on a tenté de l’appeler à toute voix, La Voix. Mais La Voix ne répondait pas, ne répondait plus. Elle a fini par balbutier quelques mots gênés qui ressemblaient étrangement à ceux que prononceraient quelques jours plus tard le Ministre des comptes publiques : « pas intéressés...pas de commentaires... sujet national... ». Nous en sommes restés sans voix, en évitant d’écouter la colère de nos petites voix intérieures qui nous susurraient des mots que l’on voudrait inaudibles.

Heureusement pour notre proposition d’autres, n’ont pas eu d’extinction de voix et la plus rapide fut convaincue en 20 minutes, pas plus. Mais cette histoire nous embête, sincèrement et profondément...

Parce que La Voix c’est quelque chose pour nous, c’est ce qui permet d’expliquer le monde dans lequel on vit, de l’analyser, de le critiquer aussi quelques fois. C’est ce qui permet, à ceux qui ont moins voix au chapitre de se faire entendre. C’est un pilier de la démocratie que rien ne doit fragiliser, jamais. Bref, s’il ne restait que La Voix de son maître nous aurions de grands soucis à nous faire....

« J’entends ta voix dans tous les bruits du monde » Paul Eluard

23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
bottom of page