top of page

L’éthique de la responsabilité


L’actualité de notre futur ex-maire nous invite à nous interroger sur l’éthique de la responsabilité. Il est dans notre éthique de ne pas désigner coupable quelqu’un qui n’a pas été jugé comme tel. Et il l’est tout autant de ne pas trouver acceptable qu’un responsable politique abuse de son (supposé) pouvoir pour monnayer des faveurs. La responsabilité exige une éthique sans faille et la faute de jeunesse ne serait en aucun cas servir d’excuse à des actes insupportables. Notre société souffre atrocement du manque d’éthique de certains de ses responsables qu’ils soient politiques ou économiques. Et s’ils ne sont qu’une minorité, ils nuisent à l’ensemble de nos dirigeants et plus largement à la démocratie. Le taux d’abstention énorme des dernières élections en est un symptôme, à Tourcoing en particulier ! La campagne de soutien orchestrée par M. Darmanin ou par ses amis nous semble manquer, elle aussi singulièrement d’éthique. L’indignation à géométrie variable de certains manque de sens de la responsabilité. Nous nous sommes engagés, pendant la campagne sur la quasi totalité des propositions d’Anticor car nous sommes persuadés que la transparence et l’éthique seuls pourront redonner du sens et de la valeur à la responsabilité de ceux qui nous gouvernent. Nous avions décidé de faire de la lutte contre les violences faites aux femmes la grande cause du mandat car nous savons que cette cause ne doit souffrir d’aucune entorse ni d’aucun relâchement. Notre éthique nous impose donc à la fois la réserve qui n’est en rien l’acceptation aveugle et l’exigence qui n’est en rien la condamnation mais qui pose clairement la question de la responsabilité. Une chose est sure, tôt ou tard les responsables devront répondre de leur éthique. Nous y veillerons.

48 vues0 commentaire

Comments


  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
bottom of page