Les masques sont tombés...

A l’évidence une promesse de campagne n’aura  pas été respectée,
A l’évidence Tourcoing n’est pas le choix et le choix du jour n’est pas le choix que les tourquennois ont exprimés dans les urnes,
A l’évidence, un dimanche à 17 h00…il y a une formalité à effectuer, et une fois de plus un agenda unique à respecter…
Aujourd’hui, la majorité a, sans suspens, sans débat, sans public, élu une femme, mais a voté comme un seul homme…pour un seul homme…

Ces constats illustrent le fonctionnement tourquennois, ces quelques mois de mandat légitiment s’il en était besoin les raisons de notre engagement, ils confirment ce que nous refusons pour Tourcoing.

Des promesses non tenues, la belle histoire qu’on nous raconte, une ambition qui n’est pas celle de Tourcoing, un agenda qui n’est pas celui de la ville et un immobilisme communicant qui a été la règle ces six dernières années.

Aujourd’hui, la réalité parle pour nous. Mais Tourcoing n’a pas besoin de polémiques. Il nous faut et c’est l’opportunité du jour, regarder devant.

Alors, de ces constats nous tirons, plusieurs leçons.

La première ,On le sait, « Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin »,  Gérald Darmanin va très vite, il  doit désormais laisser Tourcoing aller plus loin.

Ensuite, notre ville a besoin d’un maire à plein temps, libre de ses mouvements, le regard à l’horizon sur les dossiers tourquennois .

Enfin, un ministre ne fait pas le printemps, notre voisine, Roubaix, n’en a pas et a été sur le dernier mandat plus dynamique que nous, plus réactive sur de nombreux sujets. Elle avait juste un vrai maire…

Nous pensons que face au constat inquiétant de l’abstention, de l’individualisme, du clientélisme ; et la crise covid ne fait que renforcer cette conviction.Il faut développer la participation des citoyens, nous appuyer sur l’intelligence collective, l’initier… faire de la politique autrement…pour l’opposition, être force de proposition sans jamais se renier ou se soumettre,  rechercher le compromis sans jamais se compromettre

Le maire démissionnaire semblait sensible à ces propos lors de l’installation du 23 mai. Nous lui avions donné quitus, refusant le procès d’intention, d’un engagement de long terme pour  Tourcoing, en précisant que nous étions prêts ; dans le respect de ces principes ; à apporter notre contribution dans l’intérêt des tourquennois.

Des états généraux étaient annoncés, une réflexion commune sur le journal municipal, une place reconnue à l’opposition par une présidence de commission….des annonces, des actes même, mais les préoccupations étaient ailleurs… Qu’en reste-t-il aujourd’hui ?

Construire ensemble pour Tourcoing reste notre projet.Si Tourcoing n’a pas besoin de polémiques, Tourcoing aurait  eu besoin d’un débat sur  la gouvernance d’une ville de 100 000 habitants et c’est bien ce débat que nous proposions par l’expression de ma candidature à la fonction de maire.
Il nous faut aujourd’hui sortir de cette gouvernance à distance et de la verticalité des décisions. Tourcoing ne doit  plus vivre le scénario que nous avons vécu ces dernières années avec, on le sait, des maires, ô combien attachés à leur ville,  qui en avaient les compétences, la légitimité, je veux parler de D.Droart et de JM Vuylsteker, mais, qui n’en avait malheureusement,  pas tout le pouvoir.

Nous aurions trouvé nécessaire  dans le contexte de notre assemblée fragilement élue, ne l’oublions jamais, que plusieurs candidats de la majorité, mais aussi de l’opposition expriment un projet de gouvernance et qu’un vote nous permette ensuite un vrai choix pour Tourcoing….

Notre grande ville a besoin d’une animation politique collective, d’adjoints dont les lettres de mission sont  écrites,  lisibles par tous, évaluables.

Mettons nous au travail chacun dans nos responsabilités , sincèrement,  parce qu’ au regard de son histoire, des réalités qui la traversent, de sa richesse humaine, nous pouvons faire de Tourcoing l’exemple de cette République rassemblée et ouverte, concrétisant dans son quotidien à égale mesure la Liberté, l’Egalité et la Fraternité.

Nous avons tous les atouts pour cela, en avez-vous la volonté ?

Pour se rassembler il faut de la confiance  et non du rapport de force. Pour construire ensemble sincèrement, il faut du temps, de la présence, du dialogue, du respect et non l’affirmation d’un pouvoir qui en fausse sympathie oblige.

Une  responsabilité immense  vous  incombe  désormais Doriane Bécue.

La responsabilité de démontrer très vite si vous avez les mains libres, si le rassemblement des tourquennois est votre priorité, si le refus de l’abstention vous mobilise sur des démarches participatives sans arrières pensées partisanes, si les leçons de la crise sont enfin tirées sur les dimensions sociales, éducatives, sur la reconnaissance des services publics, des agents de la Ville, sur la nécessité d’engager, au-delà des contingences électorales, les transformations nécessaires pour notre ville.

Doriane Bécue, Madame La Maire,  vous pouvez être à la hauteur de ces enjeux, mais ayez pour Tourcoing, le courage d’être une femme libre pour le reste de ce mandat. Vous en avez désormais le devoir et la responsabilité.